© 2017 par Just Runners. Créé avec Wix.com

  • Just Runners
  • Instagram B&W

Roland Vuillemenot, le grand Monsieur de l'ultrafond

10-Sep-2017

SPECIAL – Championnats de France de trail de Gérardmer

 

La sagesse vient-elle avec les années ? Eh bien, en ce qui concerne Roland Vuillemenot, le « non » serait catégorique ! A 71 ans, le vétéran IV sera à Gérardmer le week-end des 16 et 17 septembre pour défendre son titre de champion de France de trail long. En 2016, il bouclait les 53 km et 3 400 m D+ de Saint-Martin-Vésubie en 11h20… La même année, il se distinguait aussi au 100 km de la Somme avec un temps de 9h35, qui ferait rêver plus d’un athlète sénior !

 

 

Premières baskets dans les 80's

 

Diable, lorsqu’on m’a proposé d’interviewer Roland Vuillemenot, je ne me doutais pas que j’allais avoir à faire avec l’un des grands noms de l’ultrafond français. Une personnalité qui a l’art de vous faire revivre ses courses avec un sens rare de la narration, entre tactique et coups de poker, à une époque où les baskets, « c’était juste des chaussures pour se balader, pas pour courir… » dit-il en parlant de ses Nike « à peine renforcées à l’avant du pied ». 
C’est pourtant ainsi chaussé, et sans guère plus d’ampoules au pied, qu’il débutera la course autour de la trentaine avant de participer à un premier marathon, « la traversée du pays de Gex », au début des années 80 : « à la base, ce qui me séduisait, c’était d’aller d’un point à un autre… Eh bien, j’ai gagné la course en 2h33 ! ». Roland Vuillemenot, que la course à pied – au fond – impressionne beaucoup, fait tomber les kilomètres, jusqu’à 200 bornes par semaine, au point d’ « arriver fatigué en course »… Cela ne l’empêche pas de foncer avec bravoure quand il le faut : il est champion de France de marathon en 1987 (2h32). Puis enchaîne les plus beaux podiums : il remporte les championnats du monde de 100 km en 1990 aux Etats-Unis avec un chrono de 6h34, avant d'être cinq fois champion de France de la discipline de 1991 à 1996. « Après la chute du mur de Berlin, il a eu une époque où il y avait beaucoup d’émulation dans l’ultrafond avec l’arrivée de coureurs d’origine russe. Vraiment, on était capables de courir un 100 km tous les quinze jours ».

 

100 km de Millau

 

Personnellement, j’ai adoré sa manière de me faire partager ses 100 km de Millau en 1991. Dans le berceau mythique de l’ultrafond qui allait l’introniser champion de France, l’athlète m’explique avoir pris le départ « discrètement parmi 4 000 coureurs. Je n’étais pas très connu… Je suis revenu progressivement sur l’avant du peloton où un Sud-Africain menait. J’ai alors surpris tout le monde en y allant très fort et en prenant la tête de course ». Imaginez un Monsieur comme Roland Vuillemenot qui me dit qu’il était juste « déchaîné ! ». Un adjectif qu’il aime employer pour parler de sa façon un brin bravache de tenter le coup. Avec souvent beaucoup de succès.
Les années ont beau passer, la course à pied reste centrale dans la vie de Roland Vuillemenot. Cet ancien ingénieur, qui vit avec son épouse à Gex, à quelques encablures de Genève, s’entraîne encore tous les jours. « Quand je vois le soleil couchant, c’est plus fort que moi, j’ai envie d’aller courir ! ». Il se perd parfois sur les sentiers qui bordent le col de la Faucille dans le Jura, se moque un peu de l’évolution des technologies en matière d’équipements et continue de découper lui-même des semelles « maison » qu’il glisse dans ses baskets « pour bien enrouler la voûte plantaire ». Ses enfants ont bien grandi. Certains de ses petits enfants sont fondus de course ce qui semble le combler. Il est par ailleurs président de l’association Ultra Marathon France et anime la revue « l’Ultra Marathonien ». 
Cette vie de course à pied, il ne la remplacerait pour rien au monde. « Avec l’âge, de plus en plus de personnes autour de moi ne courent plus. Alors, je me réjouis de pouvoir continuer à le faire. Je vois beaucoup de gens qui ont une mentalité de retraité ou ont fait le choix d’une vie confortable… La course me permet de continuer de voir jusqu’où je peux aller ».

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Likez cet article !
Please reload

DES PORTRAITS DE COUREURS DE TOUS LES HORIZONS:

 

Un article racontant l'histoire d'un coureur amateur juxtaposé à l'interview d'un athlète champion du monde comme Nathalie Mauclair, Bruno Heubi, Adeline Roche ou Sylvain Court... La jolie galerie de portraits de Just Runners ouvre une fenêtre sur l'univers bien personnel de coureurs de tous les horizons. Avec toujours en toile de fond cette question : "Mais pourquoi donc courez-vous ?".

 SUIVEZ JUST RUNNERS: 
  • Twitter B&W
 dernierS POSTs: 

October 18, 2019

March 10, 2019

Please reload