© 2017 par Just Runners. Créé avec Wix.com

  • Just Runners
  • Instagram B&W

Une fin de saison "ultra" chouette !

12-Feb-2019

 

TRAIL DU HAUT-KOENIGSBOURG -

110 km et 4 700 m D+ / septembre 2018

 

Je n’ai pas beaucoup écrit ces derniers temps sur Just Runners… Eh oui, même les femmes modernes avouent parfois plier sous la charge  des petites et grandes tâches qui ponctuent le quotidien. Et quitte à prioriser ses activités, je préfère encore courir… qu’écrire sur la course ! 

 

 

Du coup, j’ai quelques papiers de retard… Car la mère Belette a bel et bien continué de courir cet automne et même tout l’hiver : au trail des Lumières à Nancy (20 octobre 2018) par exemple où j’ai accompagné ma fidèle copine Sylvie sur une course de 35 km de nuit. Au Sparnatrail aussi à Epernay (11 novembre 2018) où lorsque je m’arrache un peu, je suis capable de tenir un beau 8 km/h sur 57 km et 1 200 m de D+. Le mois dernier, j’ai même trainé mes basques avec Maria, Jean-Luc et mon Sergio au trail de la Galinette à Cadolive en Provence (27 janvier 2019) où l’arche d’arrivée a bien failli m'échapper tant j’ai contemplé mes baskets… euh, la rade de Marseille depuis la pierre calcaire du massif du Garlaban. Le trail Raidlight de la Galinette, c’est 47 km et 2 600 m D+ : une  formule qui décrasse bien les poumons au moment où la plupart des traileurs mettent à profit la basse saison pour travailler leur vitesse. Pour ma part, j’ai bien du culminer à 5 km/h sur ce trail technique à souhait. Hi, hi ! Et même pas un gadin dans les collines de Marcel Pagnol alors que mon collant de course était prêt à donner de sa personne sur ces sentiers si généreux en cailloux !

 

Flash-back au Haut-Koenigsbourg 

 

 Rassurez-vous, je ne vous infligerai pas le récit de toutes ces courses. Malgré quelques rebondissements, elles ont toutes fini par me donner le sourire… Surtout quand j’ai franchi la ligne d’arrivée avant-dernière ! Et somme toute, j’ai à nouveau beaucoup appris. Cet enchaînement de moyennes distances à basse intensité a d’ailleurs fait progresser mon endurance fondamentale. Ah oui, car j’oublie de vous parler aussi du grand raid de Camargue (29 septembre 2018). Une course qui m’a permis de renouer avec ma région de coeur le temps d’un 50 km aux confins du delta du Rhône !

Bref. Alors que chacun d’entre nous peaufine son planning de courses pour 2019, j’ai mois aussi jeté quelques dates dans mon agenda, dont celle d’un nouvel ultra trail dans les Vosges alsaciennes. Rendez-vous est ainsi pris le week-end des 6 et 7 avril prochains à Niederbronn-les-Bains. Au programme : environ 110 km et 3 700 m de D+. Un menu qui me plonge aussitôt dans le souvenir ébouriffant de ma première « ultra expérience ». C’était le 1er septembre 2018 et il faisait doux ce grand soir-là à Kintzheim en Alsace, au pied du château du Haut-Koenigsbourg. Le silence et la concentration des coureurs allaient accompagner l’entrée dans la nuit. Dans ma tête, c’est comme si c’était hier. Une expérience si intense que pour s’en remettre, le mieux reste de recommencer… 

Ainsi, vivre un ultra est une méga-aventure qui nous tire de notre zone de confort, c'est sûr ! J'ai découvert que l'on pouvait courir toute une nuit et que l'arrivée du petit jour - pour moi au refuge des Vosges Trotters, au 45ème km - chassait la fatigue d'un coup de baguette magique ! Des forces insoupçonnées m'ont aussi permis de courir, courir, courir à partir du 60ème afin de tenir à distance la barrière horaire après un départ trop lent. N'être plus qu'un rythme dans la nature. Moment intense de plaisir ! Les petits coups de blues, les nausées, les jambes endolories et les brûlures du sac d'hydratation… ne sont finalement qu’un détail dans cette quête initiatique qu’est l’ultra. 

 

Magie des rencontres

 

Sur ce parcours, j’ai eu le bonheur de croiser des gens extraordinaires… Et, il me semble vraiment que ces inconnus, qui tout d’un coup représentent l’alpha et l’oméga de votre vie sur le temps dilaté de la course, font pleinement partie de l’aventure de l’ultra. Je me souviens par exemple de Xavier - qui abandonnera malheureusement - avec qui j’ai traversé la nuit à petits pas de sénateur, en papotant. Sur sa vie, sur la mienne. Quel autre événement permet de partager une tranche de vie si simplement en mangeant des Skittles ? Il y a aussi eu ce tandem de serre-files absolument sensationnel qui me coachera pour permettre à mon corps et à ma tête d’aborder la dernière ascension à l’assaut du château du Haut-Koenigsbourg, malgré un appétit en berne. Encore une scène un peu surréaliste lorsque aux alentours du 80ème km, après le ravito de la Grande Verrerie, j’entends la première réplique d’Eric et Stéphane : « Salut, nous sommes tes anges gardiens et nous sommes chargés de t’accompagner jusqu’à l’arrivée ! ». Et il est bien vrai que je l’ai passée cette ligne d’arrivée ! C’est en repensant à cette émotion que je me projette dans l’année de trail à venir. Cap sur les Vosgirunners !

 

 

Envie de courir dans les Vosges alsaciennes ? Le trail du Haut Koenigsbourg ouvre ses inscriptions le 14 février et propose une palette de courses pour tous les coureurs, de 13 à 110 km. Toutes les infos : https://www.ultra-thk.com

Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Likez cet article !
Please reload

DES PORTRAITS DE COUREURS DE TOUS LES HORIZONS:

 

Un article racontant l'histoire d'un coureur amateur juxtaposé à l'interview d'un athlète champion du monde comme Nathalie Mauclair, Bruno Heubi, Adeline Roche ou Sylvain Court... La jolie galerie de portraits de Just Runners ouvre une fenêtre sur l'univers bien personnel de coureurs de tous les horizons. Avec toujours en toile de fond cette question : "Mais pourquoi donc courez-vous ?".

 SUIVEZ JUST RUNNERS: 
  • Twitter B&W
 dernierS POSTs: 

October 18, 2019

March 10, 2019

Please reload